Le scandale RR Crypto secoue le monde des crypto-actifs

  • Poste publié :23 juin 2021
  • Catégorie de poste :Innovation
Vous êtes en train de consulter Le scandale RR Crypto secoue le monde des crypto-actifs
Victime d'autres scandales de malversations dans le passé, le secteur des crypto-actifs souffrait déjà d'une mauvaise image.

Une association dijonnaise aurait fait perdre plusieurs dizaines de millions d’euros à des milliers de clients particuliers. RR Crypto et son président Vincent Ropiot revendiquaient un partenariat avec l’ADAN, une association professionnelle, et un agrément en cours d’obtention auprès de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Une enquête a été ouverte par le Parquet de Paris.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, les krachs s'accompagnent souvent de fraudes et de scandales financiers. Après la chute du bitcoin et de l’ethereum, qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur en quelques semaines, le monde des crypto-actifs est touché par l’émergence d’une affaire retentissante. 

RR Crypto, une association dijonnaise, connue des seuls initiés et spécialisée dans la gestion de ces investissements alternatifs et très spéculatifs, aurait fait perdre plusieurs dizaines de millions d’euros (entre 40 et 60 millions) à ses milliers de clients, selon la presse spécialisée et notamment le Journal du Coin. 

Portefeuille réinitialisé

Les clients l’ont appris dimanche soir ou lundi matin, en même temps que les salariés de l’association, en recevant un email du fondateur Vincent Ropiot :

Madame, Monsieur, Je soussigné, Vincent Ropiot, président fondateur et dirigeant de l’association RR Crypto, ai pris connaissance durant le mois de mars 2021 que le portefeuille de crypto-actifs ouvert sur la plateforme Binance, sur lequel l’ensemble des fonds confiés en gestion par nos clients sont conservés, a été réinitialisé. J’ai le regret de vous informer qu’à ce jour, les fonds ne sont plus présents sur le portefeuille, sans accès à l’historique de ce dernier”.

La plate-forme Binance, établie à Hong Kong, a de son côté fait savoir que ces allégations la concernant n’avaient aucun sens selon elle et même indiqué à Capital que RR Crypto ne détenait aucun compte d’entreprise sur la plate-forme. 

Mauvaise image

Depuis, Vincent Ropiot a disparu, RR Crypto est injoignable et les dégâts sont déjà considérables, tant pour les finances des clients, l’emploi des salariés, que pour la réputation du secteur des crypto-actifs qui souffrait déjà d’une mauvaise image pour avoir subi d’autres affaires de malversation dans le passé.

Selon BFM TV, RR Crypto employait une dizaine de commerciaux, invités à investir eux-mêmes leurs propres économies dans les placements de l’association, en échange de la promesse de rendements à deux chiffres chaque année. 

Selon Le Journal du Coin, le fondateur se serait notamment livré à des opérations de spéculation, sans en informer ses clients, sur d’obscurs crypto-actifs, et notamment le Neutrino Token, qui se seraient par la suite avérés invendables.

Pourtant, selon Coinmarketcap, le Neutrino Token en question semble bien négociable à ce jour à un cours de 18,47 euros et pour une capitalisation boursière d'environ 53 millions d'euros. 

Comment une association créée en 2019 peut-elle avoir réuni de telles sommes en si peu de temps?

Le site internet de RR Crypto contient très peu d’informations et la dernière actualité mise à jour remonte à août 2020.

Prétendue légitimité institutionnelle

Le marketing reposait semble-t-il sur la prétendue légitimité institutionnelle de l’entreprise. RR Crypto revendiquait notamment être en cours d’enregistrement auprès de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

L’AMF a déjà délivré le statut PSAN (Prestataire de Services en Actifs Numériques) à 18 entreprises qui respectent notamment un cahier des charges strict en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. Ce statut est normalement indispensable pour exercer une activité de crypto-actifs en France. 

RR Crypto revendique aussi sur son site Internet un partenariat avec l’ADAN (Association pour le Développement des Actifs Numériques). Partenariat que réfute le lobby professionnel.

Membre et non partenaire

RR Crypto était membre de notre association depuis juin 2020, mais n’avait pas renouvelé son adhésion. A l’époque, nous avions été contactés par leur conseiller juridique dans le cadre de cette prétendue demande d’agrément AMF et pour laquelle ils indiquaient rencontrer des difficultés. Par ailleurs, les adhérents de notre association sont des membres et en aucun cas des partenaires. Nous venons d’ailleurs de le repréciser à à chacun d'entre eux pour qu’il n’y ait pas d’équivoque dans leur présentation”, explique Faustine Fleuret, la présidente et directrice générale de l’ADAN.

Nous ne validons pas le modèle économique, ni la conformité réglementaire de nos membres”, ajoute-t-elle.

L'ADAN compte environ 70 membres et estime entre 150 et 200 le nombre d'entreprises actives en France dans le secteur des crypto-actifs.

Selon le Journal du Coin, Vincent Ropiot avait invité ses clients à un webinaire le 31 mai, afin de les rassurer sur l’évolution du portefeuille dans un contexte tendu. Il avait alors indiqué vouloir réduire la prise de risque et annoncé le lancement d'une autre activité dans l’immobilier, RR Immo. 

Une enquête a été ouverte ce 22 juin par le parquet de Paris, a révélé l’AFP. ORWL, cabinet d’avocat créé en 2018 et spécialisé dans les actifs numériques, est chargé de recueillir les demandes des victimes de cette affaire.

Partager cet article